Maintien de salaire maladie et accident du travail

Maintien de salaireLe salarié en arrêt de travail pour maladie, accident de trajet, accident du travail ou maladie professionnelle a droit sous certaines conditions à un maintien de son salaire par l’employeur.

Cette indemnisation est versée en complément des indemnités journalières de sécurité sociale (IJSS).

Le maintien s’effectue à partir du 8ème jour en cas d’arrêt pour maladie non professionnelle ou accident de trajet et à partir du 1er jour en cas d’arrêt pour accident de travail ou maladie professionnelle.

Consultez votre convention collective, elle peut prévoir des conditions d’indemnisation plus favorable que la loi (ancienneté requise et délai de carence moindre, indemnisation plus importante …).

Conditions à remplir pour avoir droit au maintien de salaire

Le code du travail prévoit que tout salarié ayant 1 an d’ancienneté dans l’entreprise bénéficie, en cas d’absence justifiée par une maladie, un accident de trajet, un accident du travail ou une maladie professionnelle, constaté par certificat médical, d’une indemnité complémentaire aux indemnités journalières de sécurité sociale, à condition :

  • d’avoir justifié par un certificat médical dans les 48 heures de cette incapacité
  • d’être pris en charge par la sécurité sociale
  • d’être soigné sur le territoire français ou dans l’un des autres Etats membres de la Communauté européenne ou dans l’un des autres Etats partie à l’accord sur l’Espace économique européen.

Cette indemnisation légale ne s’applique pas en cas d’arrêt de travail pour congé de maternité ou de paternité.

Montant et durée du maintien de salaire

Le montant et la durée de l’indemnisation dépendent de l’ancienneté du salarié au sein de l’entreprise.

Condition d’ancienneté

Le salarié en arrêt de travail doit avoir au moins 1 an d’ancienneté pour avoir droit au maintien de salaire.

L’ancienneté requise s’apprécie au 1er jour de l’absence.

Le salarié qui acquière l’ancienneté au cours de son arrêt de travail ne peut donc pas prétendre au maintien de salaire.

Délai de carence

Le maintien de salaire devient obligatoire pour l’employeur après un délai de carence qui est fonction de la nature de l’arrêt de travail :

  • 7 jours de carence en cas de maladie non professionnelle ou d’accident de trajet : le maintien de salaire est donc du à partir du 8ème jour d’absence.
  • 0 jour en cas d’accident du travail ou maladie professionnelle : le maintien de salaire est donc du à partir du 1er jour d’absence.

Montant et durée d’indemnisation selon ancienneté du salarié

Le montant et la durée de l’indemnisation dû par l’employeur sont prévus par le droit du travail, elles dépendent de l’ancienneté du salarié.

Le montant du maintien varie de 90 % à 66.66 % du salaire de l’intéressé selon la durée de l’arrêt de travail.

Montant et durée du maintien de salaire
Ancienneté Maintien du salaire brut à 90 % Maintien du salaire brut aux 2/3 (66.66%)
1 à 5 ans 30 jours 30 jours
6 à 10 ans 40 jours 40 jours
11 à 15 ans 50 jours 50 jours
16 à 20 ans 60 jours 60 jours
21 à 25 ans 70 jours 70 jours
26 à 30 ans 80 jours 80 jours
31 ans et + 90 jours 90 jours

Exemple

Un salarié qui a 3 ans d’ancienneté aura droit à un maintien de son salaire à 90% pendant 30 jours puis 66.669% pendant 30 jours soit une indemnisation totale de 60 jours consécutifs.

Un autre salarié qui a 27 ans d’ancienneté aura droit à 90 % de son salaire pendant 80 jours puis 66.66% pendant les 80 jours suivants.

Base de calcul du maintien de salaire

Le salaire de référence à retenir pour le calcul du maintien de salaire doit tenir compte de la rémunération qui aurait été perçue si le salarié avait travaillé.

Ainsi en plus du salaire de base, il faut tenir compte de tous les éléments de rémunération habituellement perçus par le salarié.

Primes

Les primes qui constituent un élément de rémunération lié à l’organisation du travail et qui auraient été perçues par le salarié s’il avait continué à travailler doivent être prises en compte.

Jurisprudence : Cass. soc. 19-05-2009 n° 07-45692 et Cass. soc. 29-05-1986 n° 83-43127

Exemple

Un salarié perçoit une prime d’activité chaque mois. S’il est en accident du travail, le salaire maintenu devra être calculé en tenant compte de cette prime d’activité.

Les primes mensuelles qui ne sont pas liées à l’exécution d’une tâche particulière doivent être prise en compte.

Jurisprudence : Cass. soc. 9-11-2011 n° 10-10.363

Rémunérations variables

Si le salarié perçoit une rémunération variable, le maintien de salaire doit être calculé en tenant compte des sommes qui auraient été gagnées pendant l’arrêt de travail, notamment lorsque l’arrêt est de longue durée.

Cela peut donc conduire à retenir soit la rémunération précédent l’absence, soit un salaire moyen perçu au cours d’une période plus longue, le trimestre ou le semestre, par exemple.

Exemple

Un salarié à l’habitude de percevoir des commissions variables chaque mois. S’il est malade le salaire à maintenir devra être calculé en tenant compte de la moyenne des commissions perçues.

Déduction des indemnités journalières de la sécurité sociale et de prévoyance

Le maintien de salaire se fait sous déduction :

  • des indemnités journalières de sécurité sociale (En savoir + sur les IJSS : ameli.fr)
  • des éventuelles indemnités versées par un organisme de prévoyance mais seulement pour la part correspondant au financement par l’employeur

En pratique cela veut dire que l’employeur déduira du maintien de salaire les IJSS qui ont étés perçues, en effet s’il ne le faisait pas cela reviendrais à percevoir une rémunération plus importante en cas d’arrêt de travail que lorsque le salarié travaille.

Code du travail : Art. D. 1226-1 et suivants

Maintien du salaire brut ou net

Le maintien de salaire prévu par la loi correspond à un pourcentage du salaire brut mais votre convention collective peut prévoir un maintien du salaire net.

Conventions collectives plus favorables que la loi

Les conditions d’indemnisation ci-dessus sont des conditions légales. Bon nombre de conventions collectives prévoient des conditions de maintien de salaire beaucoup plus favorable que la loi.

D’où la nécessité de consulter votre convention collective.

En savoir plus

En savoir +

Consultez votre convention collective afin de connaitre l’indemnisation conventionnelle prévue en cas de maladie ou d’accident du travail.

Exemple de maintien de salaire légal

Exemple

Un salarié travaille 35 heures par semaine soit 151.67 heures mensualisées selon l’horaire hebdomadaire suivant : 8 heures par jour du lundi au jeudi et 3 heures le vendredi.

Il est payé 13 € brut/heure soit 151.67*13 = 1971.71 € brut par mois.

Il a une ancienneté de 7 ans dans l’entreprise à la date du début de son arrêt de travail.

On estime à 22 % ses charges salariales (pour passer du brut au net).

Il est absent pour maladie du 02/03/2015 au 25/03/2015 soit 24 jours soit 129 heures.

L’absence déduite de son salaire par son employeur est de 1677 € (129 heures *13 €).

En fonction de son ancienneté, il a droit à un maintien de salaire de 90 % pendant 40 jours puis 66.66 % pendant 40 jours.

Le délai de carence légal pour le maintien de salaire employeur est de 7 jours en cas de maladie.

Calcul IJSS perçues : 32.41 € par jour (1971.71 € * 3 mois / 91.25 * 50 %)

Calcul du maintien de salaire :

7 jours ne seront pas maintenus (délai de carence)

Puis 17 jours seront maintenus soit 1187.87 € (1677 € / 24 jours * 17 jours), le maintien est de 90 % soit 1069.08 € (90 % * 1187.87 €)

Mais le maintien se fait sous déduction des IJSS soit 550.97 € d’IJSS (32.41 € * 17 jours) (les 7 jours de carence ne rentrent pas en compte pour la déduction puisqu’ils ne sont pas maintenus).

Ces IJSS doivent être reconverties en montant brut (car le maintien de salaire est lui-même en brut) soit 706.37 € (550.97 € / (1-22%) )

Le maintien de salaire à la charge de l’employeur sera donc de 362.71 € (1069.08 € – 706.37 €).

Foire aux questions sur le maintien de salaire en cas d’arrêt de travail

Que se passe t-il en cas d’arrêt de travail successifs ?

Dans ce cas, il est tenu compte des maintiens de salaire déjà perçus durant les 12 mois précédant, quelque soit l’origine des maintiens de salaire (maladie, accident du travail…)

Exemple

Un salarié a 7 ans d’ancienneté, il a eu un arrêt de travail pour maladie avec maintien de salaire à 90 % pendant 20 jours il y a 3 mois de çà et il est à nouveau en arrêt de travail mais cette fois pour accident de travail.

Il aura donc droit, sans délai de carence, à 20 jours de maintien à 90 % + 40 jours à 66.66 %.

Code du travail : Art. D. 1226-4

En cas de changement d’année civile, les périodes de maintien ne repartent pas à zéro, en effet les « 12 mois précédant » prévus par la loi sont de date à date, le changement d’année civile n’ouvre donc pas droit à une nouvelle période d’indemnisation

Jurisprudence : Cass. soc. 26-04-2004 n° 92-43394

Que se passe t-il si l’arrêt de travail se déroule durant le préavis ?

Dans ce cas le maintien de salaire est versé jusqu’à la date d’expiration du préavis et s’arrête ensuite.

Que se passe t-il si l’arrêt de travail se situe pendant une période de grève de l’entreprise?

2 cas peuvent se présenter :

  • Une partie de l’entreprise a pu fonctionner pendant la grève : dans ce cas le maintien de salaire est dû sans avoir à rechercher si le salarié aurait participé ou non à cette grève.
  • L’entreprise était totalement bloquée et aucun salarié n’a pu travailler : dans ce cas le maintien de salaire n’est pas dû car le salarié n’aurait pas pu travailler.
Jurisprudence : Cass. soc. 20-02-1980 n° 78-41116

Que se passe t-il si l’arrêt de travail est concomitant à une période de chômage technique de l’entreprise ?

Dans ce cas le maintien de salaire est dû mais il est calculé non pas sur la rémunération habituelle mais sur le salaire qui aurait été perçu si l’intéressé avait été lui-même en chômage technique (chômage partiel).

Le maintien de salaire est-il dû pour les cures thermale ?

Non, dans ce cas là, le salarié en cure thermale ne peut pas prétendre à un maintien de salaire par votre employeur, en effet aucune disposition législative n’assimile les congés pour cure thermale aux congés pour maladie.

En savoir plus

A voir aussi

Obligation et droit du salarié en cas d’arrêt maladie, obligation et droit de l’employeur (attestation de salaire, maintien du salaire, contre-visite médicale …), effets de la maladie sur le contrat de travail …

Définition de l’accident du travail, obligations du salarié en cas d’accident du travail, obligations de l’employeur (déclaration accident du travail, maintien du salaire …), effets de l’accident du travail sur le contrat de travail …

 

Commentaires 9

  1. Pingback: Maladie : l'employeur peut-il organiser une contre-visite médicale si le salarié a des sorties libres ? - Dicotravail

  2. Dans votre exemple ci-dessous vous calculez les IJSS sur 17 jours mais la carence sécu c’est 3 jours du coup j’aurais calculer les IJSS sur 22 jours et bien 17 jours pour le maintien employeur.

    Le délai de carence légal pour le maintien de salaire employeur est de 7 jours en cas de maladie.
    Calcul IJSS perçues : 32.41 € par jour (1971.71 € * 3 mois / 91.25 * 50 %)
    Calcul du maintien de salaire :
    7 jours ne seront pas maintenus (délai de carence)
    Puis 17 jours seront maintenus soit 1187.87 € (1677 € / 24 jours * 17 jours), le maintien est de 90 % soit 1069.08 € (90 % * 1187.87 €)
    Mais le maintien se fait sous déduction des IJSS soit 550.97 € d’IJSS (32.41 € * 17 jours) (les 7 jours de carence ne rentrent pas en compte pour la déduction puisqu’ils ne sont pas maintenus).
    Ces IJSS doivent être reconverties en montant brut (car le maintien de salaire est lui-même en brut) soit 706.37 € (550.97 € / (1-22%) )
    Le maintien de salaire à la charge de l’employeur sera donc de 362.71 € (1069.08 € – 706.37 €).

  3. Bonjour, suite à un accident domestique, je suis en arrêt maladie depuis le 27 août 2016, sachant que j’ai acquis un an d’ancienneté le 7 septembre 2016. Mon employeur complétera-t-il mon salaire à compter de cette date ou bien n’ai-je aucun droit au complément des indemnités journalières que me versera la CPAM?
    Merci de vos réponses0

    1. Post
      Author

      Bonjour,

      Le code du travail prévoit que le salarié qui acquière l’ancienneté au cours de son arrêt de travail ne peut pas prétendre au maintien de salaire par son employeur.

      Cordialement

  4. Bonjour
    Si on a passé 1 an à 1er poste dans l’entreprise puis 1 mois à un nouveau poste, comment est calculée l’ancienneté ?

    1. Post
      Author
  5. Bjr je suis actuellement en AT mon employeur a demande la subrogation ma question est la suivante comment est calcule le net a payer quand la secu verse plus que le salaire maintenu.la secu verse 80% et mon employeur 66.66%.
    Je me retrouve donc avec un brut negatif .
    LA consequence est que je suis payé moins que sans maintien ca me parait bizare.

  6. Bonjour,
    dans le cas d’un cadre de la métallurgie, comment doit on interpréter la garantie du salaire minimum annuelle, quand il y a eu un arrêt de travail ? (notamment quand le salaire brut mensuel est inférieur au salaire annuel garanti/13 et que le complément de la garanti du brut annuel et calculé en fin d’année)

    merci à vous

Laisser un commentaire